En continuant de naviguer sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité et de cookies.

OK

Industrie nucléaire : la technologie de numérisation 3D au cœur de l’action

Industrie nucléaire : la technologie de numérisation 3D au cœur de l’action

Dans le but de prévenir et maîtriser d’anticiper dles accidents des réacteurs nucléaires, un laboratoire français effectue des simulations des différents risques qu’engendre le dysfonctionnement d’une centrale nucléaire. Parmi ces risques, il y a la fusion du cœur du réacteur. Lorsque cela se produit, les crayons de combustible nucléaire surchauffent et fondent à l’intérieur du réacteur, créant ainsi des coulés de corium (magma constitué des différents éléments du cœur du réacteur). Le corium présente la particularité de se former à très haute température (3000 °C),  et dd’être hautement toxiquechimiquement agrgressif et radioactif. Il est donc vital de maîtriser l’impact du corium sur le béton de l’enceinte de confinement du réacteur.

Un projet d’étude européen a donc été lancé pour effectuer des expériences consistant à recréer du corium pour en analyser l’impact sur différents types de béton. Par la suite, les chercheurs analysent la température enregistrée lors de l’expérience de même que la forme de l’éprouvette en béton afin d’évaluer les dommages causés au béton par le corium.

Flow of corium in a concrete crucible.Bien qu’il eût été possible de mesurer les blocs de béton à la main, la numérisation en 3D représentait une méthode très intéressante qui allait faciliter l’analyse et accroître l’exactitude des données recueillies. En effet, la numérisation en tantemps que telle ne prend que quelques minutes, et l’exactitude des mesures volumétriques et dimensionnelles ainsi recueillies est très supérieure à celle d’une mesure manuelle.

Il a donc été convenu qu’un scanneur laser à main autopositionné de la gamme Handyscan 3D de Creaform serait utilisé. Pour des raisons de sécurité, seuls les employés du laboratoire sont habilités à s’approcher du bloc de béton qui, malgré qu’il ait bien été décontaminé, peut quand même présenter des risques de contamination radioactive.

Les spécialistes d’applications de Creaform avaient d’abord pour mission d’enseigner le fonctionnement du Handyscan 3D au personnel accrédité du laboratoire. Grâce à la simplicité d’utilisation et la convivialité du scanneur, il n’aura fallu qu’une demi-journée au personnel accrédité pour maîtriser la technologie, ce qui a permis d’écourter le temps de préparation de l’opération.

Nuclear Industry: The Handyscan 3D Scanning Technology in the Heart of ActionNuclear Industry: The Handyscan 3D Scanning Technology in the Heart of Action

Les équipes de Creaform ont ensuite traité les données 3D selon les demandes des chercheurs afin de générer des sections critiques permettant de mettre en relation la forme et la température enregistrées. Le modèle 3D a également permis de recalculer le volume de la cavité avant et après l’expérience avec une très grande exactitude, et de mettre en relation la quantité de corium connue par les chercheurs avec la quantité de béton détruite.

Nuclear Industry: The Handyscan 3D Scanning Technology in the Heart of ActionNuclear Industry: The Handyscan 3D Scanning Technology in the Heart of Action
Nuclear Industry: The Handyscan 3D Scanning Technology in the Heart of ActionNuclear Industry: The Handyscan 3D Scanning Technology in the Heart of Action
Nuclear Industry: The Handyscan 3D Scanning Technology in the Heart of ActionNuclear Industry: The Handyscan 3D Scanning Technology in the Heart of Action